Accessibilité, éducation, émancipation, ouverture… Tous ces mots ont été évoqués lors de notre soirée sur le thème de la culture le 18 novembre dernier. Ils montrent à eux-seuls l’importance de définir un projet culturel pour la ville qui ne repose pas forcément seulement sur un lieu – Ligéria – mais s’ouvre à tous et partout.

La soirée a débuté sur une première question : comment rendre accessible la culture à Sainte-Luce ? Le constat a d’abord été fait que les tarifs sont jugés assez élevés, donc pas accessible à tous les portefeuilles, mais surtout, que certaines personnes n’osent pas franchir les portes des lieux culturels. Alors comment y remédier ? Les participants estiment qu’il faut une culture ouverte à tous et que cela peut passer, par exemple, par de la pédagogie autour des spectacles et par la volonté d’aller davantage vers la population.


D’autres participants évoquent ensuite le sujet de l’éducation et de la culture. Ils estiment par exemple que la médiathèque a un rôle clé et qu’il faut travailler à ce que le maximum de personnes puisse se rendre à la médiathèque ou, en tout cas, avoir accès à la lecture.


Le sujet de la culture « partout et pour tous » a été abordé, en valorisant davantage les talents qui existent dans la ville, notamment dans les associations. La suppression des guinguettes et de la fête de la musique, organisée auparavant dans les rues Jean Moulin et Coty, a été regrettée à plusieurs reprises.


Enfin, l’ouverture aux autres et au monde a été abordée en fin de soirée. Certains participants se rappellent de « Lucéens venus d’ailleurs », une manifestation permettant de faire se rencontrer des personnes de différentes origines : « La culture qui fait voyager et qui fait rêver » comme le dit un participant.


La soirée s’est achevée par la conclusion d’Anthony Descloziers, tête de liste Ensemble pour Sainte-Luce, qui a évoqué l’idée de faire de Ligéria un véritable lieu de création de façon à faire émerger des artistes locaux. Il a proposé aussi de renforcer les musiques actuelles à Sainte-Luce. Il a aussi abordé l’importance pour la ville de se doter d’un véritable projet culturel pour toute la ville, en transversalité. La culture doit être présente partout !